Guy de Maupassant : au soleil…

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Maupassant voyageur, Maupassant poète, Maupassant voyageur-poète, voyageur qui a parcouru la Normandie, la Bretagne, la Côte d’Azur, l’Auvergne et l’Italie, l’Algérie et la Tunisie, les plaines et les montagnes, le désert et les fleuves, la mer et toutes les eaux qu’il aime sentir et toucher… Et puis, marcher, naviguer, voir et raconter pour écrire en meublant sa solitude.

Au travers ce livre vous trouverez une riche moisson de paysages, de portraits, d’anecdotes, saisis dans une prose en apparence facile, mais proche du lecteur :  » Il me reste à demander pardon pour avoir parlé de moi. J’avais écrit pour moi seul ce journal de rêvasseries, ou plutôt, j’avais profité de ma solitude flottante pour arrêter des idées errantes qui traversent notre esprit comme des oiseaux. […] J’ai peut-être tort « . Dans cet ouvrage c’est l’homme qui se découvre lui-même avec sa mélancolie de solitaire, la vie qu’il découvre dans ses sites et ses portraits.

Maupassant, chroniqueur au journal Le Gaulois depuis 1880, part pour l’Algérie le 6 juillet 1881, en tant qu’envoyé spécial chargé de couvrir la révolte contre la colonisation française menée par un marabout du nom de Bou-Amama. Il envoie onze chroniques au journal qui les publie du 17 juillet au 19 octobre 1881. Certains articles sont remaniés et regroupés sous le titre Au Soleil publié en 1884, qui rejoint le genre du récit de voyage, tandis que les souvenirs de voyage s’égrènent dans des nouvelles comme Marroca, Mohammed-Fripouille, Un Soir et Allouma.

Entreprendre de comparer récit de voyage et nouvelle inspirés d’une même expérience de Maupassant, c’est parier que le traitement de la matière étrangère est explicitement différent dans les deux genres en dépassant les remarques qui restent partiellement fausses et qui seraient tentées d’opposer simplement genre référentiel et genre fictionnel.

En fait, les deux genres s’empruntent mutuellement et le lecteur ne peut qu’évoluer entre deux univers qui se frôlent, entre fiction et fiction.

Cependant, les statistiques séparent froidement le vocabulaire des nouvelles et celui du récit de voyage, laissant pressentir des divergences qui restent à préciser et qui pourraient justifier le partage générique.

On pourra s’interroger sur les modalités du transfert de la matière exotique du récit de voyage à la nouvelle, au niveau formel d’abord qui étudie l’esthétique du fragment, commune aux deux genres, et qui révèle peut-être les manipulations sémantiques du genre fictionnel, et au niveau énonciatif, la nouvelle pouvant être interprétée comme une « mise en voix » du récit de voyage.

Ces récits de voyages de Guy de Maupassant ne sont pas les plus connues de ses œuvres. Pourtant, à les relire, dans le texte de leur édition originale, brute, non édulcorée, on est saisi par l’acuité de la vision de Maupassant sur le monde qui l’entoure : aucune complaisance, une lecture très politiquement incorrecte, dirait-on aujourd’hui.

Au cours de ses voyages en Corse, en Algérie, notamment, on s’aperçoit que les problèmes dont on parle des dizaines d’années plus tard, existaient déjà à la fin du XIXe siècle, ces situations étant fort bien analysées par Maupassant.

Gérard Delaisement disait : « Maupassant a ce talent de décrire par ses mots, les lumières, les odeurs, des paysages rencontrés qui s’apparente à une approche picturale des peintres impressionnistes ».

Bonne lecture !

Vous pouvez télécharger le livre au format Pdf par le lien ci-dessous :

maupassant_au_soleil

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Guy de Maupassant : au soleil…”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pensez à télécharger gratuitement les ouvrages que Madissertation vous propose dans la bibliothèque et boutique en haut de notre page d'accueil...! Ignorer